Poney-club de Clary

& Pension Al-Fort

Bambou et les sprays
publié par

Comme nous ne l’avons pas encore vu (pourtant précédemment), Bambou, après quelques mois de travail à pied dans son paddock sans le moindre lien physique, a accepté de reprendre contact avec sa propriétaire.
Il est donc devenu (presque) gérable en licol et longe depuis qu’il accepte sans licol ni longe d’avancer, de suivre à côté (gauche ou droit) de son meneur et de tourner vers la droite comme vers la gauche.

Comme nous l’avons brièvement vu, Bambou a tenté de sauter la porte de box chez le vétérinaire.
Sans réussir. Total des courses: il s’est entaillé (superficiellement) le ventre à rester en équilibre sur sa porte, et les grassets (éraflures et deux entailles) à se débattre pour en sortir.
Le grasset gauche a rapidement entamé une procédure de protestation en fabriquant un bel oedème.
Continuer la lecture

Le retour de Mandarine et Gulliver
publié par

Mandarine et Gulliver ont été amenés vendredi 28 octobre à la clinique vétérinaire du Dr Deroubaix en urgence.
Ils venaient d’arriver au poney club pour des vacances.
En effet, leur état général et une prise de sang ont indiqué qu’ils étaient en septicémie (en gros, leur sang était envahi de bactéries néfastes qui, par le biais des veines et artères, risquaient d’envahir tous les organes): ils manquaient d’état, d’entrain et respiraient mal.

Pire, l’analyse de sang a montré que Mandarine avait des abcès dans le foie et les intestins (abcès détectés à la prise de sang). Ces abcès devaient être à l’origine de la septicémie, et cette infection s’est transmise à Gulliver par le lait.
Continuer la lecture

Climat congolais
publié par

Nos chevaux ont développé pour certains des croûtes un peu bizarres sur le dos.
Croûtes enquiquinantes parfois, mais rien de plus.
Le véto nous a dit que cette année, c’était le cas chez presque un cheval sur deux (je crois qu’on est dans sa moyenne!)

Une bactérie congolaise est responsable de tout ce désordre (elle répond au doux nom de Dermatophilus Congolensis).
Euh, zut, non, ça a été décrit pour la première fois au Congo, oui, mais ça se trouve en fait partout dans le monde. Et ça touche pas mal d’espèces animales, dont nous.
Est-ce que c’est contagieux? Continuer la lecture