Poney-club de Clary

& Pension Al-Fort

Ganaëlle et Hifrane ont fait un détour par le club
publié par

Accompagnées de leurs fidèles compagnons bipèdes, Eric et Nadine, Hifrane et Ganaëlle sont venues nous passer un petit bonjour depuis Fourquevaux! Les juments étaient équipées de chaussures hi-tech (hipposandales), les propriétaires de selles hi-tech (Gaston Mercier d’endurance, offrant un confort imparable pour les genoux en kit, et les fessiers sensibles).

C’est toujours une grande joie de les voir ainsi randonner, sachant que Ganaëlle était déclarée naviculaire irréductible et inutilisable il y a peu d’années encore, et que le travail conjoint (du maréchal non ferrant Olivier Hernanz et du docteur osthéopathe Patrick Chêne) lui a permis de retrouver une locomotion normale.

Un grand merci à eux quatre de nous avoir fait l’honneur de leur visite au débotté Wink

Derniers éléments d’enquête
publié par

D’une part, Niño.
Sa coloration jaune fluo dernier cri serait finalement due au fait qu’il ait trop trainé dans de hautes plantes à fleurs et pollen jaunes. Le pollen se serait incrusté dans l’implantation des poils, mais aussi dans les glandes sébacées…

D’autre part Makéba.
Elle a quitté sa tenue de l’espace et ne montrerait plus de signes d’allergie au soleil. L’empoisonnement (à va savoir quelle plante…) a endommagé son foie, mais n’a pas créé une allergie définitive au soleil, c’est déjà ça… En tout cas, les soins prodigués ont permis une régression suffisante des symptômes.
Végas, sa fille, se porte à merveille, elles se sont retrouvées récemment.

Au tour de Rafale. Continuer la lecture

Pieds-nus après la ferrure: le dilemme pour Ganaëlle
publié par

Ganaëlle, appartient à Nadine (elle est fille de feu la première jument de Nadine) et partage sa vie avec Hifrane.
Elle a longtemps été soignée pour un problème important de syndrome naviculaire (os nommé naviculaire, situé en arrière du boulet, au travers duquel coulisse quelque tendon super important; lorsque cet os n’est plus lisse: alors aïe ouille aïe).

C’est après avoir épuisé toutes les ressources, pour la soulager de ses douleurs liées à ce syndrome naviculaire déclaré il y a plus de douze ans, qu’elle a fini par quitter ses semelles de fer.
Continuer la lecture

Pieds-nus après la ferrure: le cheminement pour Hifrane.
publié par

Voici le cheminement d’Hifrane, qui a conduit sa propriétaire à ranger ses fers au grenier.

Hifrane, avec un tendon sectionné presque totalement (pfff, c’est mal fichu ces bestioles, ça croise violemment un fil de fer et ça ne résiste pas!) a dû être très longuement immobilisée.

La mise pieds-nus aurait alors dû s’imposer pour des raisons logiques: elle ne travaillait plus, vivait en mini-paddock en attendant que son boulet soit à nouveau soutenu solidement, et ne nécessitait donc pas d’être ferrée.
Mais cela n’est pas allé de soi!
Continuer la lecture

Randonner avec les hipposandales
publié par

Tibeto a pu randonner trois jours complets, sans préparation préalable, grâce à des godillots trop grands pour lui. Si. On n’a peur de rien.

Tibeto et ses Naïke

Tibeto a effectué sa première randonnée pieds nus comme tout le monde, sans se montrer plus douillet que les autres (quels changements!). Mais quand il s’est agi d’effectuer la seconde rando, en terrain caillouteux, Tibeto a clairement spécifié qu’il ne souhaitait pas continuer ainsi, et ce dès le premier soir. Frown
C’est ainsi que je suis retournée au club en urgence pour attraper au vol les vieilles Rangers d’Eclipse. Des Easyboots Oldmac’s G2 ayant connu tout un tas de (més)aventures, mais encore bien vaillantes! de vieilles copines, quoi.
Continuer la lecture